Résumons comment le GIEC s'est discrédité par ses manipulations politico- écologiques:

 

Au palmarès des "erreurs" du  GIEC :

 

 Les relevés historiques des températures du Hadley Center anglais et la courbe en crosse de Hockey de Mann:

 Le GIEC relayé par Al Gore à utilisé intensivement le courbe en crosse de hockey de Mann pour montrer le réchauffement pendant la période industrielle. Ils ont accusé l'homme pour ce réchauffement sur cette base principalement. Il est aujourd'hui universelement avéré que cette courbe a été falsifiée pour montrer un réchauffement "catastrophique" lié à  l'activité humaine.

Les méthodes statistiques utilisées en 1998 par Michael E. Mann, Raymond S. Bradley et Malcolm K. Hughes pour élaborer leur courbe, dénommée « MBH98 reconstruction »ont été critiquées .Il leur a en effet été reproché de ne pas faire apparaitre les variations de températures de l'optimum climatique médiéval et du petit âge glaciaire dans le but de rendre plus apparent le réchauffement actuel. Cela en soit démontre clairement la fausseté de cette courbe officielle du GIEC.

Le biais dans le choix des données et le traitement statistique a été démontré dans le rapport Wegman. Il montre en particulier que le traitement statistique non modifié de Mann permettait d'obtenir de toutes façons une « crosse de hockey » avec des données totalement aléatoires.Cela démontre la qualité des analyses "scientifiques".

De plus ce traitement avec un centrage correct des données permettait de retrouver sans problème le réchauffement du Moyen-âge et le Petit âge Glaciaire. Cela démontre clairement une falsification des données.

Le Dr. David Deming, géophysicien, a témoigné qu'à la même époque il lui avait été suggéré de « se débarrasser du réchauffement climatique du Moyen-âge ». Cela confirme les intentions malhonnêtes qui ont présidé à publication dans le rapport du GIEC de cette courbe.

Suite à ces critiques la courbe de Mann n'a pas été reprise dans le rapport 2007. 

Cette courbe qui figurait à la meilleure place du résumé pour décideurs de l'AR3 du GIEC en 2001, a disparu de l'AR4 du GIEC en 2007. Cela devenait trop voyant !

 

 

 


 


 

 

 

 

         Courbe de température moyenne du globe,de Mann                           Courbe retenue par le GIEC pour montrer l'évolution du CO2 atmosphérique

Voici les DEUX courbes principales courbes que le GIEC brandit depuis sa création pour démontrer le réchauffement de la planète par l'homme. Les DEUX courbes ont toujours été contestées, car elles sont fausses !

De toutes façons, il ne faut même pas être un scientifique pour remarquer que ce n'est pas parce que deux courbes ont la même  allure que l'une est nécessairement liée à l'autre ! ...RIEN, aucune observation du réel n'a été apportée pour prouver leur mise en relation causale!

Votre ATTENTION cher lecteur : Tout le remue ménage écolopolitique depuis environ 20 ans est essentiellement basé sur ce pivot unique que représente ces deux courbes !

Cette manipulation est scandaleuse et répréhensible

car elle tente de bousculer gravement l'économie mondiale avec des arguments ... FAUX!

 Affirmation par le GIEC que les températures actuelles sur Terre sont "sans précédent":

Les carrotages de la glace au centre du Groenland permettent d'observer que la  moyenne des températures ( au moins dans l'hémispphère Nord) a été dans les 6000 années passées, souvent SUPERIEURE de plus de 1,5 degrès aux moyennes actuelles. Comment et pourquoi le GIEC peut t-il nier cette évidence observationnelle ?

 Définition de l'effet de serre retenue par le GIEC:

De nombreux physiciens et climatologues ne reconnaissent pas  comme valide la définition de l'effet de serre retenue par le GIEC dont les modèles numériques ne tiennent, en outre, pas correctement compte de l'eau atmosphérique pour évaluer l'action des gaz à effet de serre. Le GIEC refuse de tenir compte des remarques de ces physiciens et donne une importante excessive au rôle du CO2 anthropique dans ses programmes de simulation numérique.

 Le climategate de 2009:

Peu avant la réunion de Copenhague des "investigateurs" se sont procuré, dans des conditions certe discutables, des courriers électroniques de membres importants du GIEC. Ces courriers montrent clairement que les chiffres "scientifiques" des rapports sont "manipulés" afin de les faire coller au discours politique du GIEC. Ce n'est plus de la science pour décideurs, mais du conditionnement politique organisé: Les écolo-politiques obscurs tentent de manipuler les responsables politiques élus!

 Quasi disparition des glaciers Hymalayens en 2035:

L'erreur sur cette question qu'a reconnu officiellement le GIEC, n'en est pas une ! Qui peut croire à la faute de frappe: 2050 au lieu de 2350 ? Le rapport a été lu et relu, critiqué sur cette date par beaucoup, ce n'est seulement que sous la pression du gouvernement Indien que le président du GIEC, monsieur Pachauri  ( citoyen Indien ...??? ), alors que les "écologistes" politisés en faisaient leur miel,  a été contraint de céder et de reconnaitre  début 2010...que cette affirmation est une "erreur de frappe" ! Rapport publié en 2007 et "faute de frappe " corrigée en 2010 ! DEUX ans pour corriger...NON ce n'était évidemment pas une faute de frappe mais une manoeuvre de plus pour désinformer et manipuler les décideurs et l'opinion!

A quand d'autres "erreurs de frappe" dans le rapport 2007 du GIEC ?

 Utilisation abusive de la moyenne des températures présentée comme la température moyenne:

La moyenne des températures ne sera jamais la température moyenne du globe, cela n'a physiquement pas de signification.( Il faut se rappeler qu'entre l'équateur et les pôles les écarts de température sont de 100°C environ des variations se produisent tous les ans, avec des comportement régionnaux aléatoires...parler d'un réchauffement global de 0,7°C dans ces conditions relève de l'astrologie.) Le chiffre obtenu ne represente rien de concrètement précis , au mieux une tendance pourrait être dégagée, même si un maillage de la planète tente de résoudre cette question de fond. Et ce n'est pas des arguties des "scientifiques" du GIEC qui changeront les lois de la physique...même s'il y a concensus.

 Escamotage des variations climatiques du passé récent:

Le GIEC n'a toujours pas reconnu que le Petit âge glaciaire était plus froid qu'aujourd'hui ni que l'optimum médiéval était plus chaud qu'aujourd'hui, bien que de nombreuses observations scientifiques aient démontré que ces phènomènes se sont répercutés mondialement avec des variations d'intensité régionnales.

 La fusion des glaces des Pôles:

Contrairement à ce que dit le GIEC, les glaces des Pôles ne peuvent pas fondre d'avantage en raison d'une hausse de température qui ne s'est absolument pas produite durant au moins le siècle dernier. Par contre les courrants marins dont la quantité de chaleur transportée oscille depuis toujours, sur des périodes décénales, entrainent simultanément des variations  des quantités de glaces de mer. RIEN à voir avec un réchauffement climatique global !

 Les modèles numériques utilisés par le GIEC pour prédire le réchauffement climatique à venir, sont tous FAUX:

Si l'on compare ce que prédisent les modèles du GIEC avec la réalité des observations satellitaires, le désaccord est total. C'est ce que  montre le satellite ERBE,  les modèles mathématiques montrent des variations inverses à la réalité observée !

Cette discordance totale des résultats des modèles vis-à-vis de l'observation du réel est très grave, car elle montre combien les modèles sont faux...tous FAUX !!!

 L'astuce suprême: La catastrophe climatique est pour DEMAIN ... !!!!

Les variations climatiques que nous connaissons depuis des siècles, en permanence, sont interprétées aujourd'hui par le GIEC comme étant provoquées par l'homme.

Mais où sont donc les catastrophes climatiques "nouvelles" aujourd'hui ? Rien de nouveau: tout bouge autour de nous !

Alors,les principaux responsables actuels du GIEC prédisent ( car ils ne savent pas dire et prouver aujourd'hui) : La catastrophe est pour demain et demain seulement soit dans 40 ans ou mieux, dans un siècle !

Ces gens sont autant astucieux que malhonnêtes, car il est difficile de les penser candides: Car si le CO2 humain dont ils garantissent la dramatique efficacité climatique jouait un rôle déterminant, nous vérions déja ses effets ( car il  est passé de 210 ppm à 380ppm  au 20 ème siècle...) cependant on ne voit rien d'anormal aujourd'hui!

Une illustration de leur méthode: Le professeur Mojib Latif, un membre du GIEC, a indiqué que nous pourrions être dans une période de refroidissement des températures dans le monde qui pourrait durer encore 10 à 20 ans. Monsieur Latif a tenu à préciser qu'il n'est pas devenu un sceptique. Il estime que ce refroidissement sera temporaire, avant que le réchauffement planétaire dû à l’activité humaine ne reprenne le dessus! C'est clair, il s'octroie encore 10 à 20 ans de tromperies...  

Leur astuce consiste à se projeter dans le futur

Ainsi on peut déclarer n'importe quoi, sans crainte, car dans 10,20,40 ans ... où seront les responsables actuels du GIEC ?

En retraite au mieux ou aux abonnés absents, au pire pour eux !

Ils n'auront pas de compte à rendre, comme ils n'en ont déja pas aujourd'hui et ils comptent bien sur cela.

 Il fallait y penser !

Mais "grâce" à eux que de mensonges, de déchainement d'agressivité et de dégats économiques !

 

Pourtant, comme l'a si bien dit ... Al Gore il existe : "UNE VERITE QUI DERANGE !". Celle du climat réel aujourd'hui.

Ceci explique que face aux sceptiques, les écolo-politiques ne supportent pas le débat scientifique

et campés dans leur foi climatique, jettent l'anathème puis crient :

Ne soyez plus Septiques ! CROYEZ !

Ce qui montre leur vraie nature: Ni écologiste, Ni scientifique mais Politique !

Et le président du GIEC de déclarer avec force à Copenhague : "Nous ne pouvons plus tolérer tout débat sur la nécessité d'agir..."

 

Déja en 2008, l'ancien vice-président des Etats-Unis, Al Gore a déclaré devant un congrès de la Geophysical Union à San Francisco, textuellement ceci : «Vous avez le devoir de réduire au silence ceux qui s'opposent aux avis du Giec »...

 

Fermez le ban !

 

Bientôt  sur vos écrans, à la radio et dans vos journaux : La triste et scandaleuse fin d'une aventure politico-écologique

Ce site défend l'écologie mais considère comme dangereuse pour la démocratie

l'écologie politique qui sous le masque vert de l'écologie cache des idées

altermondialistes et anticapitalistes qui conduisent directement au totalitarisme.


Dernières nouvelles du GIEC:

Le Groupe Intergouvernemental d’Experts des Nations Unies sur l’Evolution du Climat (GIEC) "a accepté" plusieurs réformes concernant sa gestion et son fonctionnement, suite aux critiques qui lui ont été adressées.

 Le groupe de scientifiques climatiques de Nations Unies, le Groupe Intergouvernemental d’Experts des Nations Unies sur l’Evolution du Climat (GIEC) a changé jeudi ( 21 octobre 2010) ses manières de faire suite aux différentes erreurs signalées dans son rapport de 2007, et son Président, Rajendra Pachauri, a confirmé qu’il ne démissionnerait pas de son poste.


   Lors d’un sommet organisé du 11 au 14 octobre en Corée du Sud, le groupe de 130 nations a accepté de renforcer les vérifications des rapports -qui aident à structurer les politiques énergétiques et climatiques des gouvernements du monde- et de mettre en place un « groupe de travail » pour élaborer des réformes plus profondes du Groupe d’ici 2011.

Le GIEC .... ne sera bientôt plus le GIEC...les messages qui seront diffusés ne seront plus les mêmes...

Début de la fin d'un GIEC "mal disant" ? 

Dernières nouvelles des  débats en France :

Vincent Courtillot présente ici une synthèse fin 2010.


Ce site est essentiellement un recueil d'informations où des données solides d'observations vous sont présentées.

Le scepticisme qui apparait ici n'est que la conséquence de la prise en compte des observations de la réalité.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site