La statégie des écolo-politiques révèlée par leurs maîtres:

 

Certains "écologistes", sont mus par une véritable stratégie qui est bien loin de la Science.

  • L'ancienne ministre de l'environnement Canadien (Christine Stewart) à laquelle on expliquait que les données climatiques avaient été falsifiées et détournées et que rien n'était prouvé déclare : "Peu importe que la science soit complètement bidon, il y a des bénéfices collatéraux pour l'environnement... Le changement climatique nous donne la meilleure chance d'apporter la justice et l'égalité dans le monde.".

 

  • Paul Watson, le cofondateur de Greenpeace ne s'embarrasse pas vraiment de déontologie, lui non plus : "Ce qui est la vérité n'a pas d'importance. Seul compte ce que les gens pensent être la vérité" . (Magazine Forbes, Nov 1991).

 

  • Emma Brindal, responsable de l'organisation les "Amis de la Terre", lors de la dernière réunion de Bali, en décembre 2007 : "La redistribution des richesses et des ressources doit être au coeur de la réponse au changement climatique".

 

  • Judi Bari, d' "Earth First" : "Je pense que si nous ne renversons pas le capitalisme nous n'avons aucune chance de sauver le monde du point de vue écologique".

 

  • Conclusion d'un article du Monde (Février 2007) signé par Jacques Treiner : "C'est la première fois dans l'histoire de l'humanité, qu'une nuisance (Le réchauffement climatique) possède ce caractère universel, qui pourra imposer à un Etat puissant (Etats-Unis, Chine ou même France) de limiter ses émissions s'il ne le désire pas..." En fait, Jacques Treiner appelle de ses voeux la mise en place d'un Totalitarisme "écologiste" et "anticapitaliste" Mondial.

 

Ce site est essentiellement un recueil d'informations où des données solides d'observations vous sont présentées.

Le scepticisme qui apparait ici n'est que la conséquence de la prise en compte des observations de la réalité.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site